Khumba

  • news

Khumba

L’Afrique est à l’honneur en ce printemps 2014. Le premier long métrage en 3D sur le monde animal sauvage, African Safari 3D sort ces jours-ci sur les écrans. Dans quelques semaines, la little gallery, en partenariat avec le site Pour1meilleureAfrique organisent un concours autour de la série des contes Tinga Tinga. Mais nous aurons le temps d’en reparler…

Car aujourd’hui, après Drôles d’oiseaux, les studios Triggerfish nous proposent Khumba. Khumba est différent. Ce n’est pas de sa faute, il est né comme ça. A l’instar du mouton à cinq pattes, du canard boiteux ou du cygne noir, il attise toutes les récriminations. Rejeté par ses pairs, stigmatisé, il n’a de cesse de lutter pour se faire accepter, tel qu’il est avec ses rayures manquantes. La quête de Khumba pour retrouver toutes ses rayures et devenir enfin un zèbre “comme les autres” est bien entendu une allégorie. Celle du chemin que nous devons tous parcourir afin de parvenir à nous accepter et nous faire accepter tels que nous sommes avec nos différences. Khumba raconte donc une histoire universelle. Comme l’explique Anthony Silvester, le réalisateur :

Khumba Anthony-Silverston

“Nous avons tous quelque chose que nous aimerions changer en nous, qu’il s’agisse de notre physique ou de notre personnalité, et nous grandissons en nous disant que la vie serait vraiment plus facile, que tout serait plus simple sans ce « défaut ». Mais dès lors qu’on prend conscience qu’il y a certaines choses que nous pouvons changer en nous et d’autres qu’il faut accepter, voire embrasser, alors on réalise que c’est peut-être précisément la différence contre laquelle nous nous sommes toujours battus qui a façonné positivement la personne que nous sommes devenus.”

Khumba

Khumba véhicule un message ultra positif qui encourage la tolérance et célèbre toute forme de différence. La toile de fond est le désert du Grand Karoo en Afrique du Sud, célèbre pour la diversité de sa faune et de sa flore. Les incroyables et étranges plantes exotiques que l’on y trouve illustrent parfaitement le thème de la diversité que défend le film.

Khumba

Les voix sont souvent importantes dans un dessin animé. Pour Khumba, il était fondamental de faire appel à des personnalités singulières pour incarner les protagonistes. En effet, les vannes entre les membres du troupeau et les autres animaux, sont d’autant plus percutantes qu’elles sont envoyées par des maîtres du “stand up”. Oui, car les voix sont tout de même celles de la troupe du Jamel Comedy Club : popopop!! L’extrait qui suit est très “parlant”, non ?

Outre Redouanne Harjane, Tony Saint Laurent, Waly Dia ou Christine Berrou, vous reconnaîtrez peut-être au passage les voix d’Elie Semoun (qu’on ne présente plus) et de Vincent Moscato, l’animateur du Moscato Show sur RMC !! Notez que pour la version originale, les producteurs ont fait appel au génial Steve Buscemi, l’inénarable Mr. Pink du cultissime Reservoir Dogs (que les petits anglophones ont pu notamment apprécier dans Montres & Cie ou Le Petit Monde de Charlotte) pour interprêter le rôle de Skalk… Laurence Fishburne, Richard E. Grant ou encore Liam Neeson prêtent également leur voix aux personnages dans la version originale.

Khumba

Bref, en un mot comme en cent, je recommande vivement d’aller voir Khumba, un chouette dessin animé pour toute la famille à partir de 3 ans, qui sortira le 23 avril prochain. En attendant, la little gallery et Metropolitan FilmExport vous proposent de participer au concours “drôles de zèbres”. 20 places sont en jeu pour aller découvrir le film dès sa sortie.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher